Aliments bruts, préparations « maison », aliments culinaires, aliments transformés, ultra-transformés … quelle différence ?

Si vous cuisinez régulièrement vous connaissez probablement une partie de la réponse. Sinon vous allez découvrir un monde nouveau que l’industrie agro-alimentaire a tendance à cacher sous un marketing parfois très agressif.

Aliments ultra-transformés

80% environ des produits alimentaires disponibles en grande distribution seraient des produits ultra-transformés (1).

Comment les débusquer ? Si il y a 5 ingrédients ou plus et que la recette comporte des ingrédients que vous n’auriez jamais utilisés pour faire la même chose à la maison, c’est ultra-transformé.

Utilisez vous de l’amidon transformé, de la gomme de guar, du citrate de calcium et du jus concentré de carotte pour faire vos yaourts à la fraise maison ? Non, et bien ceux que vous achetez en magasin sont des produits ultra-transformés.

On retrouve ainsi dans ces produits des substances fabriquées pour améliorer le goût, la texture, la couleur, la composition nutritionnelle ou la conservation du produit par exemple.

La classification NOVA

Une classification existe depuis 2010 pour évaluer le niveau de transformation des produits alimentaires, elle se nomme NOVA … mais rien n’oblige les industriels à l’utiliser.

On la doit entre autre au Dr Carlos A. Monteiro professeur de santé public et de nutrition à l’Université de Sao Paolo. Elle est maintenant intégrée aux recommandations nutritionnelles Brésiliennes.

Elle est aussi régulièrement utilisée dans des études scientifiques en nutrition et santé humaine. Elle montre que la production et la consommation de produits ultra-transformés augmentent de façon exponentielle et que cela a des conséquences potentiellement graves sur la santé en termes par exemple d’obésité, de diabète ou de syndrome métabolique (1).

La classification NOVA comporte 4 groupes avec 4 couleurs pour mettre en évidence le degré de transformation des aliments (2) :

  • Groupe 1 : aliments bruts ou peu transformés. Par exemple les légumes, les fruits, les fruits à coques, les champignons, le poisson, la viande ou ces mêmes aliments avec une transformation minimaliste comme une compote de pomme sans sucre ajouté.
  • Groupe 2 : ingrédients culinaires. Ils servent à préparer, assaisonner et cuire les aliments du groupe 1 comme par exemple le sucre, le beurre ou le sel.
  • Groupe 3 : aliments transformés. Mélange d’ingrédients du groupe 1 et du groupe 2 pour nos recettes quotidiennes comme par exemple le pain, les fromages, les fruits au sirop, les poissons en conserve, etc.
  • Groupe 4 : aliment ultra-transformés. Formulations industrielles réalisées à partir de 5 ingrédients, voire beaucoup plus et qui sont souvent riches en sucre, sel, matières grasses, stabilisants, conservateurs, etc.

L’objectif premier de la classification NOVA est surtout de permettre une prise de conscience sur les risques possibles pour notre organisme, et pour l’environnement, liés à la transformation excessive des produits alimentaires.

Où trouver la classification NOVA ?

Vous ne la trouverez pas sur vos produits en rayon comme rien n’oblige les industriels à l’utiliser. Mais il existe un site web qui regroupe tous vos produits avec pour chacun le groupe NOVA : Open Food Facts France.

fr.openfoodfacts.org

Si vous utilisez déjà l’application Yuka pour scanner vos produits, elle utilise Open Food Facts pour vous afficher les résultats mais sans vous donner encore le groupe NOVA.

Cherchez sur Open Food Facts un produit que vous utilisez régulièrement en utilisant le champ de recherche en haut à droite, comme par exemple « yaourt ». Cliquez sur un des produits dans la liste des résultats pour visualiser le groupe NOVA dans le détail du produit.

Comparez par exemple un yaourt nature et un yaourt aux fruits… Le premier est NOVA 1 et le deuxième est NOVA 4. Etonnant non ?

Comment faire au quotidien ?

Facile, privilégiez dans votre alimentation quotidienne des produits des groupes 1, 2 et 3 et n’utilisez que très ponctuellement pour dépanner ou pour les « petits plaisirs » si nécessaires, ceux du groupe 4.

Utilisez au maximum des produits bruts, frais, de saison, idéalement locaux et bio, que vous combinez pour préparer des recettes maison.

L’hygiène alimentaire est un des piliers fondamentaux de la naturopathie et un levier à utiliser au quotidien pour améliorer votre bien être. Manger beaucoup moins de produits ultra-transformés en fait partie.

Si vous pensez avoir besoin d’être accompagné pour mieux manger et mieux cuisiner, prenez rendez-vous car c’est mon activité quotidienne d’être à vos côtés pour vous aider à reprendre en mains votre alimentation 🙂


(1) « Halte aux aliments ultra transformés ! Mangeons vrai » du Dr Anthony Fardet aux éditions Thierry Souccar, 2017.

(2) Classification NOVA, Open Food Facts France, fr.openfoodfacts.org/nova

Share

Abonnez vous à ma lettre d'information

Recevez chaque mois les informations sur les ateliers, les événements, les recettes et les actualités bien-être et santé.

Votre inscription est confirmée !

J'utilise des cookies pour améliorer votre navigation, en continuant à utiliser le site, vous acceptez leur utilisation. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer